Current Articles | RSS Feed RSS Feed

De la dactylo au web 2.0 : le rôle réinventé des professionnels du soutien administratif

 

line 

Entrevue avec Line Labrosse, adjointe exécutive, et Marc-Étienne Julien, président de Randstad Canada

« Qu’est-ce que tu veux faire plus tard? ». On a tous déjà souhaité devenir astronaute, médecin, chanteuse ou pompier. Mais… adjointe exécutive? Ce n’est sans doute pas la réponse la plus populaire chez les enfants. Pourtant, la petite fille organisée qu’était Line  Labrosse, adjointe au président de Randstad Canada, montrait déjà des qualités qui allaient lui servir dans le poste qu’elle occupe aujourd’hui.

« Je ne suis pas étonnée de mon choix de carrière. Quand j’étais petite, je rangeais soigneusement mes jeux dans le coffre à jouets et je n’ai pas changé mes habitudes en vieillissant. J’organise mes voyages à l’aide d’un fichier
Excel! »

Certes, le sens de l’organisation constitue une qualité essentielle chez toute adjointe administrative. Mais le monde des affaires a évolué et les outils de communication aussi. En plus du sens de l’organisation, l’adjointe exécutive d’aujourd’hui doit développer d’autres habiletés essentielles, comme les qualités d’initiative et d’anticipation.

« Il est bien révolu le temps où je tapais des lettres sur une dactylo! Disons que  les choses ont beaucoup changé depuis 10 ans. Aujourd’hui l’information vient de partout, de manière instantanée. C’est mon rôle de gérer cette information de manière à optimiser le temps du président et d’organiser efficacement les activités de l’équipe de gestion de manière fluide et logique », explique-t-elle.

« Par exemple, j’ai pour mandat de m’assurer  que les rencontres de gestion produisent des résultats et facilitent la prise de décisions. Pour cela, je dois m’assurer que les participants soient préparés et me fournissent les documents requis dans les délais requis. Il me faut aussi compiler et analyser des données.  Je ne peux plus réagir tout simplement aux événements : je dois les anticiper. »

Line et Marc-Étienne Julien, président de Randstad, conviennent que le rôle d’adjointe exécutive relève maintenant davantage du soutien à la gestion que du soutien administratif. La production de rapports fait toujours partie des tâches, mais cette portion du travail s’est considérablement automatisée, si bien que l’adjointe alloue moins de temps à l’exécution de tâches cléricales qu’à la compréhension des objectifs et des stratégies pour communiquer efficacement les informations essentielles.

« Line crée mon calendrier plus qu’elle le coordonne, explique Marc-Étienne, parce qu’elle détient tellement d’informations sur les opérations et les dossiers en cours qu’elle peut de manière proactive déterminer les priorités et organiser mon horaire en conséquence sans vraiment me demander mon avis au préalable. Ça m’aide énormément au quotidien : pour que les choses avancent, je dois parler aux bonnes personnes au bon moment avec les bonnes informations en main. »

Le rôle a donc gagné en valeur de même qu’en autonomie.

« Auparavant, Line attendait des directives pour agir. Aujourd’hui, elle connaît suffisamment les opérations pour prendre des initiatives. De plus, elle amène une perspective différente et fait des liens auxquels je ne pense pas nécessairement », ajoute Marc-Étienne.

Pour Line, l’évolution du rôle crée de belles occasions de développer tout un éventail de compétences.

« Ce qui est motivant pour moi, c’est de savoir que je peux développer des habiletés différentes et enrichir mes connaissances sur l’organisation qu’il s’agisse de ressources humaines, de gestion de l’information ou d’analyse d’affaires.  »

Malgré ces occasions de développement, la réussite dans le poste repose sur la relation de confiance que l’adjointe  et son président développent au fil du temps.

« C’est comme dans un couple. La qualité de la relation professionnelle se mesure à la confiance entre le patron et son adjointe. Je suis appelée à traiter des informations sensibles, complexes ou confidentielles.  Mon mot d’ordre? Discrétion absolue. »

Touche-à-tout, collaboratrice pivot, détentrice d’informations névralgiques, vigie, l’adjointe exécutive d’aujourd’hui  se trouve plongée au cœur des opérations. En plus des compétences techniques, elle doit développer de fortes habiletés en communication, un bon sens de l’anticipation et une capacité à s’affirmer. 

Questionnés sur ce qu’ils rêvent de faire quand ils seront grands, les enfants d’aujourd’hui ne choisiront sans doute pas du premier coup la profession d’adjointe exécutive. Mais une vérité demeure: le rôle d’adjointe exécutive participe  grandement à la bonne marche de toute organisation et il deviendra encore plus essentiel au cours des prochaines années.

 

Bonne journée des professionnels en soutien administratif!

 


Admin Week

 

Bonne journée des professionnels en soutien administratif!

Nous levons notre chapeau à tous les professionnels en soutien administratif qui travaillent en ce moment ou qui ont déjà oeuvré dans ce rôle. 

Les fonctions des professionnels en soutien administratif ont beaucoup changé. Chez Randstad, nous reconnaissons l'évolution de ce rôle et nous sommes fiers de ce qu'il représente aujourd'hui.

Merci à tous et à toutes pour votre dévouement!

 

 

New Call-to-action

 

 

 

Tags: 

Sept astuces pour devenir un employeur de choix

 

GPTW Blog fr

 

Sept astuces pour devenir un employeur de choix

par Elena Candeloro, Talent Acquisition Manager, Randstad Canada

 

Chez Randstad, nous sommes plus qu’heureux d’être nommé dans le palmarès du meilleur endroit où travailler pour la huitième année consécutive par  Great Place to Work ® Institute Canada. Cette reconnaissance est d’autant plus importante à nos yeux car les résultats proviennent des personnes qui connaissent le mieux notre entreprise, c’est-à-dire nos employés.

C’est tout un honneur; nos huit gains consécutifs nous font réaliser que nous pouvons être fiers de tout ce que nous avons accompli. Randstad est citée dans la liste des 50 meilleures organisations parmi lesquelles se trouvent des compagnies multinationales comme Google, Miscrosoft et Starbucks. Cette annonce confirme le fait que notre entreprise est réellement un excellent endroit où travailler.

Les listes de meilleurs lieux de travail ainsi que la reconnaissance qui les accompagne démontrent qu’être un bon employeur est profitable et le fait d’occuper le haut du classement n’est pas une question de chance. Les meilleurs employeurs savent que leur réputation les avantage et ils prennent tous les jours des décisions qui leur permettent de garder leur statut d’endroit idéal pour les travailleurs. 

Devenir un employeur de choix n’est pas facile. Vous devez effectuer une analyse critique de votre culture organisationnelle et avoir une vision claire de celle que vous voulez. Il se peut que les résultats vous révèlent des vérités dérangeantes et que vous deviez procéder à des changements internes. Mais le jeu en vaut la chandelle. Vous réussirez à motiver les meilleurs employés et vous obtiendrez des  performances au travail hors pair qui auront un impact positif sur la rentabilité de votre organisation.

Qu’est-ce que votre entreprise peut faire pour être reconnue en tant  qu’employeur de choix ? Il n’existe pas de formule magique, mais les astuces que vous trouverez ci-dessous vous placeront sur le bon chemin pour y arriver.

  1. Découvrez ce que les gens pensent vraiment de votre compagnie  (identifiez les points forts et les éléments à améliorer).

  2. Observez ce que font vos concurrents. Prenez des notes sur ce qui fonctionne bien et ce qui n’est pas concluant.

  3. Identifiez votre public cible afin de bien le connaître et de positionner votre marque employeur afin de donner aux employés d’aujourd’hui ce qu’ils désirent. Randstad effectue une étude annuelle qui sonde l’opinion des Canadiens sur ce qu’ils recherchent chez un employeur. Cliquez ici pour télécharger le document.

  4. Vous pouvez aussi utiliser divers moyens pour  connaître la réputation de votre marque employeur : entrevues de départ, confirmations d’emploi et groupes de discussions. Ces rencontres vous permettront de jauger les perceptions des employés et leur donner l’occasion d’avoir une discussion ouverte sur ce qui leur plaît au sein de l’entreprise et ce qui ne fonctionne pas.

  5. Déterminez les caractéristiques de votre compagnie et faites la promotion de vos forces auprès des candidats potentiels. Les employés qui partagent les valeurs de l’entreprise et de sa marque se montreront plus mobilisés et loyaux.

  6. Utilisez les programmes de références. Les employés qui réfèrent votre compagnie à des amis et des collègues pensent manifestement que c’est bien de travailler au sein de votre organisation.

  7. Une entreprise socialement responsable attire les candidats. Les gens aiment sentir qu’ils contribuent à la société. En tant qu’entreprise vous pouvez recycler, créer un partenariat avec un organisme de bienfaisance et faire des collectes de fonds. Par exemple, chez Randstad, les employés disposent d’une journée payée par année pour faire du bénévolat auprès d’un organisme à but non lucratif de leur choix. Les possibilités sont illimitées.

  New Call-to-action

Cinq raisons pour lesquelles vous devez mettre de l’avant votre culture organisationnelle

 

CultureCinq raisons pour lesquelles vous devez mettre de l’avant votre culture organisationnelle

1. Tout le monde apprécie une belle ambiance de travail : une compagnie qui peut nous offrir une rémunération compétitive et une gamme complète d’avantages sociaux est bien sûr attrayante. Mais comme nous passons environ 8 heures par jour au travail, n’est-il pas tout aussi motivant de travailler pour une entreprise qui encourage le travail d’équipe, l’épanouissement personnel et professionnel et qui cultive une atmosphère de travail agréable? En tant qu’employeur, vous devez vous rappeler que les employés sont motivés au quotidien par la possibilité d’apprendre et de se développer au sein d’une ambiance conviviale.

2. La constance est un gage de stabilité : l’année dernière, une étude de Randstad sur la marque employeur a démontré que la sécurité d’emploi est un des facteurs les plus importants pour les chercheurs d’emploi. On ne peut pas toujours prévoir les changements dans une industrie, mais une culture organisationnelle qui favorise une communication constante, honnête et transparente avec les employés sur les progrès et les objectifs de la compagnie permet de créer un lien de confiance et une belle stabilité au sein des équipes.

3. Les médias sociaux sont une vitrine incontournable : chaque employé de votre compagnie peut promouvoir votre marque employeur et ils le font souvent sans s’en rendre compte. Si vous développez une culture d’entreprise positive, votre personnel va tout naturellement louanger l’entreprise dont il fait partie, par l’entremise de photos, de nouvelles concernant des projets intéressants et des activités amusantes. Vos gens sont les meilleurs ambassadeurs de votre marque employeur… Ils la font vivre et ils en parlent.

4. Un environnement positif va de pair avec un comportement corporatif responsable : il est important pour la majorité des travailleurs de faire partie d’une entreprise socialement responsable. Une étude a révélé que trois personnes sur cinq préfèrent une organisation qui partage leurs valeurs. Si vous ne connaissez pas vos valeurs en tant qu’entreprise et ne connaissez pas les valeurs de vos employés, comment pouvez-vous attirer les meilleurs talents ? Lorsque vous entamez un processus de d’élaboration de la marque employeur, portez attention à vos valeurs, et déterminez comment elles s’arriment à une vision de l’avenir qui résonnera pour vos employés à laquelle vos employés vont adhérer.

5. Une culture forte suscite naturellement des actions : vous n’avez pas besoin de créer des tonnes de diagrammes, de procédures ou de réunions. Dans une culture forte, les choses se mettent en branle naturellement, car les bonnes personnes se sentent motivées, font de l’excellent boulot parce qu’elles aiment leur travail et leur environnement de travail.

 


Apprenez-en plus sur la manière dont vous pouvez améliorer votre marque employeur et sur l’étude indépendante de Randstad Canada sur les marques canadiennes.


Comment bâtir une culture organisationnelle forte et attrayante? Partagez vos idées avec nous sur Twitter @RandstadQuebec au moyen du mot-clic #RandstadAward.

 

Sept raisons pour lesquelles vous devriez choisir un emploi en métiers spécialisés

 

TRADEsFR resized 600

Baytown Bert Marshall

Les soudeurs, les électriciens et les mécaniciens industriels sont parmi les rôles les plus valorisants et les plus recherchés au Canada. Cependant, selon une nouvelle étude de Randstad Canada, des perceptions négatives autour de ces métiers subsistent, et rendent difficile le recrutement des meilleurs talents.

Randstad Canada a mené une Étude sur les tendances dans le marché de l’emploi 2014 auprès de plus de 2000 employés et employeurs canadiens. Selon les répondants,  le travail dans les métiers spécialisés est considéré comme moins respecté et plus démodé que des emplois de bureaux.

Parmi les répondants, 79 % des individus croit qu’une méconnaissance des métiers spécialisés fait en sorte que moins de Canadiens considèrent ce secteur comme un choix de carrière. Plus des trois quarts (76,6 %) des personnes sondées pensent que ce travail est moins respecté que des emplois de cols blancs.

Si vous considérez un travail dans les métiers spécialisés ou que vous en pratiquez un déjà, pensez aux sept arguments suivants qui témoignent de la valeur, de l’importance et des avantages à faire partie de la main-d’œuvre en métiers spécialisés.

  1. Le travail manuel permet de voir concrètement le résultat de ses efforts, lesquels peuvent d’ailleurs se convertir en heures supplémentaires payées.
  2. Les formations structurées et les programmes de mentorat vous permettent de vous développer du point de vue professionnel et de suivre une trajectoire de carrière précise.
  3.  Les emplois dans les métiers spécialisés ne peuvent ni être   déménagés ni envoyés en impartition.
  4. Les emplois de bureau ne conviennent pas à tous. Mais les défis intellectuels ne manquent pas en métiers spécialisés : avec les nouvelles technologies de plus en plus complexes, les employés développent des compétences de pointe.
  5. Les certifications internationales du programme du Sceau rouge vous permettent  de travailler partout dans le monde.
  6. On peut trouver davantage de flexibilité que dans d’autres types de carrière : en travaillant à son compte en tant qu’entrepreneur ou encore en devenant travailleur contractuel.
  7. Les emplois des métiers spécialisés offrent de très bons salaires d’entrée, souvent meilleurs que ceux de domaines administratifs et sont représentés par des syndicats qui militent pour l’amélioration des salaires.

Les familles canadiennes sont-elles responsables de la pénurie dans le secteur des métiers spécialisés ?

Selon les répondants, les familles mettent de la pression sur les étudiants afin qu’ils choisissent des postes de cols blancs au lieu des métiers spécialisés. Sur le plan régional, ce sont les répondants de l’Ontario (69.4 %) qui ont énoncé le plus souvent avoir été dirigés vers des emplois de bureaux, tandis que ceux du Québec (52.2 %) disent avoir subi le moins d’ingérence familiale.

Ne laissez pas les préjugés vous priver d’une carrière enrichissante en métiers spécialisés. Souvenez-vous que depuis plus d’une décennie les gouvernements fédéral et provincial déploient beaucoup d’efforts pour inciter les jeunes Canadiens à se lancer dans les métiers.

Les perspectives d’emploi sont excellentes, comme les possibilités de formation et de développement professionnel.

Avez-vous choisi une carrière de type col blanc à cause de la pression familiale?

Partagez votre histoire sur Twitter @RandstadQuebec

 

 

 

Cinq conseils pour vous aider à demander une augmentation salariale.

 

Cinq conseils pour vous aider à demander une augmentation salariale.

Demander une augmentationDans le cadre de  l’étude de Randstad sur les tendances du marché de l’emploi en 2014, nous allons traiter des compétences recherchées et des attentes, plus précisément la manière de demander une augmentation de salaire en 2014.  Si vous cherchez un emploi et que vous avez besoin d’aide pour préparer votre entrevue, consultez notre série aide-mémoire sur la recherche d’emploi en 2014

 

Les Canadiens sont optimistes au sujet de l’économie

 

Lors d’une étude récente menée  par Ipsos Reid pour le compte de Randstad Canada, les Canadiens ont indiqué qu’ils étaient optimistes quant à leur possibilité d’obtenir une augmentation de salaire. Plus de 51 % des sondés ont répondu qu’ils s’attendent à recevoir une augmentation salariale en 2014. Plus de répondants du Québec (58%) et de l’Alberta (57 %) pensent recevoir une hausse salariale qu’en Ontario (46 %) et en Colombie-Britannique (48 %).

Par ailleurs, il est important de se rappeler que demander une augmentation salariale est une affaire délicate pour laquelle vous devez vous préparer et prévoir un refus. L’outil le plus important dont vous disposez pour votre demande est de démontrer la valeur que vous ajoutez à votre entreprise grâce à votre travail.  Certains éléments seront plus concrets et liés par exemple aux échelles salariales et à la demande du marché, d’autres relèveront de la culture de l’entreprise, de la motivation et de l’équipe de gestion. 

Voici cinq conseils pour demander une augmentation

1. Ayez des chiffres à l’appui.

L’un des outils les plus puissants à votre portée, lorsque que vous ferez face à votre gestionnaire et ses supérieurs, est de présenter vos indicateurs de performance les plus importants en début de conversation. Si vous pouvez dire que votre travail de qualité supérieure a permis à l’entreprise de réussir davantage, il sera plus facile de les convaincre que vous méritez une augmentation. Si votre rôle n’inclut pas de mesures sur la base de données, soyez créatif dans votre manière de communiquer que vous êtes un atout pour la compagnie, par exemple, illustrez par des exemples votre compréhension de la croissance des affaires ou celle de votre département.


2. Présentez un plan

Il n’est pas suffisant de vous présenter à votre rencontre et de dire tout le bon travail que vous avez accompli l’année précédente, vous avez aussi besoin d’un plan pour démontrer comment vous allez améliorer vos statistiques pour le bénéfice de l’entreprise ainsi que la manière dont vous allez vous développer personnellement en tant qu’employé.  Incluez un plan trimestriel ou annuel des programmes que vous êtes en train de créer pour  ajouter de la valeur à ceux que vous gestionnaires s’apprêtent à mettre sur pied.


3. Autoapprentissage et nouvelles compétences

Si vous avez acquis de nouvelles compétences et que vous pouvez les démontrer ou que vous utilisez des habiletés hors de votre description des tâches, c’est le bon moment de rappeler à votre employeur que vous avez évolué dans votre poste et que vous contribuez grandement au succès de l’entreprise.  Il peut s’agir d’une accréditation pour l’apprentissage d’une langue, une formation sur un logiciel, de nouvelles habiletés en communications (vous avez été porte-parole de l’entreprise lors d’entrevues dans les médias par exemple), ou toute nouvelle compétence dont vous pourrez discuter avec les dirigeants.


4. Ambassadeur de la marque employeur

Les spécialistes du marketing répètent souvent que lors de la promotion des produits et services d’une entreprise,  l’outil promotionnel le plus important est le bouche à oreille.  Cela commence avec les meilleurs ambassadeurs de la marque, c’est-à-dire les employés et les partenaires. Démontrez que vous êtes un porte-parole positif de la marque de votre employeur et que vos propos ont aidé à faire connaître davantage cette marque dans vos réseaux et votre communauté. On vous verra non seulement comme un bon employé, mais aussi comme un ambassadeur dévoué, influent et loyal.


5. Mettez à jour votre profil sur Linkedin et créez de nouveaux contacts

Il n’est pas mal vu de faire du réseautage professionnel même si vous êtes heureux dans votre emploi. Cela démontre à vos employeurs que vous n’êtes pas complaisant, que vous pouvez créer des contacts qui peuvent vous être utiles dans votre poste actuel et que vous êtes un employé recherché sans avoir à dire que d’autres entreprises cherchent à vous embaucher.

Étude nationale de Randstad sur la rémunération

Si vous souhaitez demander une augmentation salariale, il est important de comparer votre salaire à celui de la compétition. Pour vous aider à jauger le montant de la hausse que vous désirez, consultez l’étude nationale de Randstad sur la rémunération. Télécharger le guide aujourd’hui.

Pensez-vous obtenir une augmentation cette année ? Si ce n’est pas le cas, partagez avec nous vos réflexions sur Twitter @RandstadQuebec

Êtes-vous prêt?

 

Aide-mémoire pour la recherche d’emploi en 2014 : Chapitre 4 – Êtes-vous prêt?

 

Etes vous pret?Posez-vous les bonnes questions suivantes et trouvez les ressources pertinentes pour vous aider

Avez-vous de l’expérience pour ce travail?

 Si oui, vous êtes prêt à remplir les fonctions à nouveau. Nous avons tous fait des erreurs et tiré des leçons de celles-ci. Mettez l’accent sur les éléments positifs et soyez prêt à parler de vos réussites et échecs.  Si vous n’avez jamais fait ce travail, trouvez le plus d’informations possible sur le poste que vous convoitez pour voir s’il y a des tâches que vous avez déjà accomplies dans un poste précédent.

Prenez le temps de réfléchir à vos habiletés pour ce poste. Êtes-vous vraiment prêt? Les employeurs ne lisent pas tous les CV et ne rencontrent pas tous les candidats après la lecture des CV.  Si vous voulez obtenir un emploi, votre expérience professionnelle doit être crédible. Vous devez expliquer avec conviction en quoi vous êtes le bon candidat pour le poste.

 

Connaissez-vous une personne qui fait le travail pour lequel vous postulez?

La meilleure façon de comprendre le poste pour lequel vous donnez votre candidature est de parler à une personne qui fait ce travail.  Cherchez dans votre réseau quelqu’un qui travaille dans ce poste et parlez-en. Si vous ne connaissez personne, demandez de l’aide pour trouver quelqu’un qui évolue dans un environnement et un emploi similaires à ceux dans lesquels vous cherchez un travail.

Ainsi vous aurez un aperçu du chemin que votre contact a parcouru pour obtenir le poste ainsi que l’expérience de travail requise pour y arriver. Il se peut qu’il y ait des qualifications non inscrites dans la description des tâches qui sont considérées comme la norme et que vous ne possédez pas. Il peut y avoir des méthodes de sélection que vous devriez connaître tels que des tests antidrogue, des vérifications de solvabilité et des exigences de références qui vous disqualifient. Faites vos devoirs et ne postulez pas pour un emploi que vous n’obtiendrez pas en raison de ces critères. Vous pouvez aller chercher plus d’expérience, réparer votre cote de crédit et vous reprendre en main avant de soumettre votre CV.  Pas après!

Si vous vous doutez que vous n’êtes pas qualifié, devez-vous postuler?

Nous avons tous des rêves et il est bien de viser haut dans la vie, mais il existe des rôles pour lesquels nous ne sommes pas prêts et nous ne sommes pas toujours conscients de ce fait.

 Si vous venez juste de terminer l’école et que vous postulez pour un emploi de gestionnaire qui requiert cinq années d’expérience, vous n’obtiendrez pas ce poste même si vous citez votre expérience de travail étudiant dans un domaine relié. 

 Si vous doutez de votre expérience ou de vos habiletés avant une entrevue, cela paraîtra dans votre CV et ce sera évident durant votre entretien. Demandez-vous si vous pouvez faire le travail pour lequel vous postulez. Allez chercher l’opinion d’un ami sinon référez-vous à un recruteur. Vous pouvez communiquer avec Randstad Canada et nos recruteurs vous donneront un avis honnête.

Vous trouverez ci-dessous d’autres ressources que vous pouvez consulter avant votre recherche d’emploi pour des conseils sur des choix de carrières et l’employabilité.

  • Le gouvernement du Canada possède une liste exhaustive de ressources et astuces pour les chercheurs d’emploi et les personnes qui veulent accéder au marché du travail. La liste des services-conseils en emploi est très utile. Ces organismes sont agréés et leurs services sont soit gratuits ou subventionnés. http://www.servicecanada.gc.ca/fra/vie/emploi.shtml

     

    • Les écoles et les organismes communautaires :

      Si vous êtes étudiant ou que vous venez de terminer vos études, demandez de l’information aux conseillers carrière des universités et écoles secondaires. Si vous n’êtes pas un étudiant, consultez-les quand même : ils ont accès à des mines d’informations et de renseignements. Ils sont aussi au courant des défis auxquels les étudiants se butent lors de leur entrée sur le marché du travail. Ils peuvent vous diriger vers d’autres ressources utiles.

       

      • Vous trouverez aussi de l’information sur le site Internet de contactpoint.ca. C’est une excellente source de renseignement pour trouver des conseillers, des mentors, des forums de discussion et des professionnels agréés dans votre région.

         Ce dont vous avez besoin pour être embauché :

        • Des études :

          Vous devez posséder une éducation pour la plupart des postes dans le marché canadien de l’emploi. Si vous ne détenez aucun diplôme, vous devez aller chercher une équivalence d’études secondaires. Il existe des services dans votre région qui aident les adultes à obtenir des certificats qui sont considérés des équivalents. Cela vous permettra de poursuivre vos études au cegep et à l’université pour parfaire vos habiletés, vos compétences et accroître votre confiance en vous.

          • De l’expérience :

            Nous possédons tous des expériences, mais il est important de partager celles qui peuvent s’appliquer à l’emploi pour lequel nous postulons. Si vous ne détenez ni expérience ni études, vous devez donner votre candidature pour des postes où cette situation est connue et acceptée. Si c’est la première fois que vous postulez à un emploi et qu’on vous offre une formation, c’est parfait. Sinon vous devez vous trouver une formation externe soit auprès d’une institution scolaire ou par l’entremise d’un stage.

             

            • Des références :

              Vous avez besoin d’une personne qui n’est pas un membre de votre famille ou un conjoint pour témoigner de vos habiletés et de votre réputation. Une référence peut être un professeur, un membre connu de la communauté ou qui représente l’autorité. Il n’est pas requis d’avoir une lettre de recommandation, mais si vous en avez une, cela peut-être pratique. Assurez-vous de communiquer avec les personnes que vous avez données en référence pour confirmer qu’elles sont prêtes à vous donner une.

              Pour davantage d’emplois que ceux sur notre site Internet, rendez-vous sur le site web de la banque d’emploi du Canada au http://www.guichetemplois.gc.ca

              C’est une excellente source d’informations pour tous les types d’emplois. 

              Les tendances en matière de CV

               

              Aide-mémoire pour la recherche d’emploi en 2014 : Chapitre 3 – Les tendances en matière de CV

               

              CV - ResumeLes CV évoluent constamment. Voici trois trucs pour les mettre à jour pour le marché du travail.

              Adaptez votre CV au poste convoité

              Il n’est pas facile de personnaliser ce document. C’est beaucoup d’efforts que de rédiger un nouveau CV pour chaque emploi que vous convoitez sans compter chaque personne à qui vous l’acheminez, mais cela en vaut la peine. Comme je vous l’ai mentionné la semaine dernière, vous devez faire une recherche sur les personnes qui vont vous rencontrer pour une entrevue. Pensez à la personne qui va lire votre CV et les éléments que vous voulez qu’elle retienne. Utilisez votre intuition pour comprendre son rôle et définir votre travail dans son équipe afin de choisir les éléments de votre expérience à mettre en valeur dans votre curriculum vitae. 

              Si vous soumettez votre CV en ligne, il se retrouvera probablement dans un système automatisé. Le programme de lecture cherchera des mots-clés qui proviennent d’une description des tâches que l’entreprise a publiée sur Internet. Utilisez les mots que vous trouvez dans l’annonce d’emploi.

              Vos expériences : ce que vous conservez et ce que vous laissez tomber

              En premier lieu, décrivez vos expériences de travail en ordre chronologique. De nos jours, il n’est plus exceptionnel de voir des écarts dans les expériences de travail des individus ou des courtes périodes de travail dans un poste. Il fut un temps où il était mal vu de posséder moins de deux ans d’expérience dans un travail, ce n’est plus le cas aujourd’hui pour plusieurs industries. Si vous avez exécuté plusieurs mandats contractuels avec des employeurs, vous avez certainement acquis de bonnes connaissances et compétences que vous pouvez souligner.

              Retirer de votre CV les expériences de travail non pertinentes. Que sont-elles? Si vous avez fait du bénévolat auprès de votre association étudiante ou que vous étiez l’entraîneur d’une équipe jeunesse de sport, il ne faut pas l’écrire dans un curriculum vitae professionnel. Gardez en tête l’industrie pour laquelle vous postulez. Si vous avez travaillé plusieurs années pour une organisation caritative en tant que trésorier et que vous avez une référence du président de l’organisme de charité, il est probable que cette expérience soit pertinente si vous donnez votre candidature pour un premier emploi en comptabilité (assurez-vous que le président est un membre de longue date de l’organisme de bienfaisance et qu’il est considéré comme une personne respectable au sein de votre communauté).

              Envoyez votre CV en tant que lien sous le format Word ou PDF. 

              Vous pouvez le joindre à votre compte Linkedin. Par ailleurs, n’inscrivez pas votre adresse sur votre CV.

               

              Rédiger un CV est un exercice qui exige d’être bref et de soigner la mise en page. Votre adresse n’est pas pertinente. N’imposez pas au lecteur des phrases inutiles pour de l’information qui sert seulement à vous envoyer vos T4 ou votre avis de cessation d’emploi.

              La chose la plus importante est le lien qui nous dirige vers votre compte Linkedin. Si vous sauvegardez votre CV en format Word, les liens que vous insérez dans le texte seront actifs sur votre CV. La plupart des gens lisent les curriculum vitae sur leur écran et les impriment ensuite. S’ils aiment votre CV, ils peuvent immédiatement consulter votre profil sur Lindkedin. Cela leur facilite la tâche.

              Vous pouvez aussi sauvegarder votre CV en format PDF à partir de Word. Les liens seront actifs sur PDF, ce qui est génial pour quelqu’un qui lit votre curriculum vitae sur son téléphone cellulaire.

              Qu’est-ce qui a bien fonctionné pour vous récemment? Partagez vos astuces pour les CV sur Twitter @RandstadQuebec

               

               

              L’entrevue

               

              Aide-mémoire pour la recherche d’emploi en 2014 : Chapitre 2 - L’entrevue

               

              Entrevue

              Trois éléments clés pour préparer son entrevue

               

              Bien connaître son CV et être prêt à en parler


              Quelques heures de préparation vous épargneront des sueurs froides! Si vous êtes invité à une entrevue, c’est que le contenu de votre CV a impressionné une personne.  Il n’est plus suffisant de seulement rédiger un CV efficace et de répéter l’information durant votre rencontre.  Vous devez continuer la conversation que vous avez commencée avec le lecteur lorsque vous êtes dans la salle d’entrevue.

              Il est fort possible qu’une personne qui n’a pas vraiment lu attentivement votre CV soit présente dans la salle.  C’est souvent un gestionnaire de niveau plus élevé qui assiste à la rencontre pour se faire une idée sur votre personne.

              Soyez prêt à détailler et approfondir les informations données dans votre CV.  Cela démontre à la personne qui a lu votre CV que  vous possédez une véritable expérience. Vous pourrez plus facilement mettre en contexte votre parcours pour le gestionnaire qui s’est seulement concentré sur vos titres d’emplois.

              Faites une recherche sur vos intervieweurs

              Tel que je vous le mentionne dans le chapitre sur le code vestimentaire, vous devriez faire une recherche sur Google sur les personnes qui vont vous passer en entrevue.

              Vous obtiendrez de l’information sur leur travail et un sujet de conversation pour briser la glace.  Donnez l’impression que vous connaissez les personnes assises en face de vous. Le site de Linkedin est idéal, car l’intervieweur sait que vous avez visionné sa page en préparation à votre rencontre.  Il n’y a aucun mal à être proactif lorsque vous postulez pour un emploi, cependant il ne faut pas essayer de le contacter sur Internet ou lui  envoyer un message racontant l’histoire de votre vie.  Si l’entrevue se passe bien, la personne vous ajoutera comme contact, après vous avoir rencontré, ou vous appellera pour le poste en question.

              Faites une recherche sur l’entreprise et ses projets les plus récents

              Les grandes entreprises publient des communiqués de presse qui décrivent leurs activités passées et présentes.  Les compagnies ont des habitudes, tout comme les individus.  Une bonne compréhension de leurs réalisations antérieures vous donnera des indices sur ce qu’elles prévoient pour le futur.  Elles vous donneront de l’information sur leur structure et leur marque que vous pourrez utiliser lors de votre préparation.

              Connaître ce que la compagnie dit d’elle-même est très bien; savoir ce que les autres en disent peut être encore mieux.  Il est important de connaître les défis de l’entreprise ou les sujets délicats afin de savoir comment en parler (ou ne pas en parler du tout) durant votre conversation avec les gestionnaires de l’équipe de direction.

              Quelle a été votre pire entrevue? Partagez vos histoires avec nous sur Twitter @RandstadQuebec

               

               

              Comment s’habiller pour une entrevue?

               

              Aide-mémoire pour la recherche d’emploi en 2014 :
              Chapitre 1 - Comment s’habiller pour une entrevue?

               

              Entrevue: Comment s'habillerAfin de bien commencer la nouvelle année, nous avons créé une série d’articles pour vous aider dans votre recherche du meilleur emploi!

              1.     Comment s’habiller pour une entrevue?

              2.    Trois éléments clés pour préparer son entrevue

              3.    Les tendances en matière de CV

              4.    Êtes-vous prêt?

               


              Comment s’habiller pour une entrevue?

              Les hommes

              Les codes vestimentaires variant selon les bureaux, cependant porter un complet est toujours adéquat. Portez un complet ainsi qu’une belle paire de chaussures habillées (de ville). Selon la ville où vous résidez, l’industrie dans vous voulez travailler, vous pouvez vous en sortir en portant une chemise habillée (de soirée) et des pantalons décontractés cintrés. De plus, selon le travail pour lequel vous postulez, une cravate et un veston sont toujours de mise. Si c’est votre premier emploi et vous postulez dans une grande entreprise, soyez respectueux et portez un complet.  Personne ne vous jugera; agissez comme si c’était votre première journée au travail. Cette consigne s’applique à tous; porter un complet vous ouvrira des portes.

              Si vous avez les moyens, achetez une nouvelle paire de chaussures. Elles vous donneront du style et vous dégagerez un air de confiance qui fera bonne impression. Si vous avez des souliers déjà portés, faites-les polir par un professionnel. Pourquoi pas recourir à YouTube pour voir comment les experts le font?

              Le dilemme de la cravate : lorsque vous êtes invités à une entrevue, demandez qui sera présent. Ainsi vous pouvez faire une recherche sur Google et voir les personnes que vous allez rencontrer ainsi que la façon dont ils sont habillés. Le port de la cravate est habituel mais n'est pas toujours requis. Si vous êtes assis en face de deux hommes plus âgés que vous, le fait de porter une cravate montre un signe de respect et vous ne serez pas le seul dans la pièce avec le col de la chemise ouvert!

               

              Les femmes

              Il est plus complexe de décrire l’habillement approprié pour les femmes. Forbes a créé une liste de blogues de mode pour les femmes professionnelles

              Les styles changent constamment et il est difficile d’identifier exactement ce qu’est un vêtement acceptable pour le travail de nos jours. Cependant, quelques éléments clés demeurent.

              1. Portez un tailleur. Il existe une variété d’ensembles à prix abordable qui sont attrayants et confortables. Les vêtements de travail pour les femmes sont moins chers que ceux pour les hommes. Il y a aussi plus de styles différents, donc vous pouvez acheter un veston et l’agencer avec un vêtement que vous possédez déjà. Vous pouvez mettre votre touche personnelle à un complet féminin moderne.
              1.  Les pantalons de yoga sont à proscrire…à moins de travailler dans un magasin de sport ou un studio de yoga. Vous pouvez les porter en tant que collant. Même s’ils sont beaux et douillets, ce ne sont pas des vêtements pour le travail. Par ailleurs, vous pouvez porter des chaussures à talons plats. C’est une bonne option si vous n’êtes pas à l’aise en talons hauts.
              2. Les épaules et le décolleté : Il n’est pas interdit de montrer vos bras cependant, il peut être trop osé de dévoiler ses épaules et un décolleté. Un beau collier peut accentuer votre visage. Utilisez votre jugement.

              Partagez avec nous ce que vous portez au travail. Montrez-nous vos meilleures tenues et votre style. @RandstadQuebec
               

              All Posts